asd

COVID – 19

Israël – Palestine : Le monde peut-il empêcher Israël et le Hamas de commettre des crimes de guerre?

Les combats les plus meurtriers depuis des années entre Israël et le Hamas avaient tué à la mi-mai plus de 200 Palestiniens à Gaza , dont des dizaines d’enfants, et au moins 10 en Israël. Les deux parties sont accusées d’avoir violé le droit international – Israël pour son bombardement disproportionné de bâtiments résidentiels et des groupes palestiniens pour avoir tiré des roquettes sur des villes israéliennes.

Le professeur de droit international Asaf Lubin explique les règles de la guerre – et si elles peuvent être appliquées.

1. Les guerres sont-elles régies par la loi?

Le droit international humanitaire englobe un ensemble de règles qui régissent les conflits armés. Ils sont inscrits dans des traités, dont certains ont été ratifiés par Israël et la Palestine. Les plus importants de ces accords sont les Conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles additionnels de 1977 .

Un ensemble de principes fondamentaux est au cœur du droit international humanitaire.

Transparent, basé sur la recherche, rédigé par des experts – et toujours gratuit.

Le premier est le principe de distinction, qui oblige les parties belligérantes à faire la distinction entre les civils et les cibles militaires. Chaque camp ne peut attaquer que les objets qui, par leur nature, leur emplacement, leur but ou leur utilisation, offriraient un avantage militaire certain s’ils étaient neutralisés.

Le deuxième est le principe de proportionnalité, selon lequel tout «dommage collatéral» inévitable – comme la mort de civils – ne peut être excessif par rapport à l’avantage militaire direct attendu.

Enfin, il y a le principe des précautions en cas d’attaque, qui réaffirme l’obligation des parties belligérantes de tout mettre en œuvre pour atténuer les préjudices civils.

Ainsi, lorsque le Hamas tire sans discernement des roquettes sur Tel Aviv , par exemple, c’est une violation flagrante du droit international. De même, les attaques israéliennes contre des gratte-ciel résidentiels sont pour de nombreux membres de la communauté internationale un crime de guerre, car elles sont disproportionnées et n’offrent pas un avantage militaire certain.

Israël n’est pas d’accord, affirmant que ces bâtiments ont été utilisés par le Hamas pour faire avancer sa campagne militaire.

Israël a bombardé un bâtiment abritant les médias Associated Press et Al Jazeera, ainsi que de nombreuses familles palestiniennes.

2. Que se passe-t-il si Israël ou le Hamas est accusé d’avoir commis des crimes de guerre?

Cela dépend de la volonté de la communauté internationale. Nous pouvons voir une enquête de la Cour pénale internationale, des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU ou des missions d’enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Ces types d’enquêtes ont eu lieu après chaque cycle précédent de violence entre Israël et le Hamas. Des rapports antérieurs – comme le rapport Goldstone 2009 , publié par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies – ont identifié des violations des droits de l’homme et du droit humanitaire par les deux parties. Il a appelé Israël à fournir des réparations pécuniaires aux victimes palestiniennes ou à leurs survivants.

Cependant, l’application de la loi s’est avérée largement inefficace. Le droit international n’a tout simplement pas les outils nécessaires pour demander des comptes aux pays puissants.

3. Israël s’est-il conformé aux demandes de l’ONU après de telles enquêtes?

À des degrés divers. Israël, dans nombre de ces cas, n’a pas accepté le principe de base selon lequel ses pratiques militaires violaient le droit international humanitaire et n’avaient donc pas changé de cap.

Mais à quelques rares occasions, Israël a payé une compensation. Par exemple, en 2009, Israël a versé 10,5 millions de dollars à l’ONU pour les dommages matériels et les blessures subis par l’organisation lors de l’attaque israélienne contre Gaza.

Quand Israël effectue de tels paiements, ils sont faits «à titre gracieux» – des paiements forfaitaires effectués pour répondre à la pression internationale sans reconnaître aucune responsabilité légale ou créer des normes juridiquement contraignantes qui pourraient être appliquées à l’avenir.

Israël n’est pas seul dans cette pratique. D’autres pays, y compris les États-Unis , ont effectué des paiements à titre gracieux similaires à ceux qui ont été blessés pendant la guerre, sans admettre de faute ou d’actes répréhensibles.

4. Quelle est la position américaine sur l’action militaire d’Israël à Gaza?

Les États-Unis disent maintenant qu’ils soutiennent un cessez-le-feu. Mais il a bloqué les déclarations du Conseil de sécurité de l’ONU qui auraient appelé à un tel cessez-le-feu et blâmer Israël, y compris un langage fort sur les enfants palestiniens qui meurent en grand nombre. Les États-Unis ont affirmé qu’ils avaient bloqué ces déclarations parce qu’ils ne condamnaient pas non plus le Hamas pour violation du droit international.

C’est une position commune des États-Unis dans les conflits Israël-Hamas d’exiger l’égalité dans la langue des «deux côtés». Mais les progressistes du Congrès au sein du Parti démocrate ont maintenant un point de vue différent. Ils insistent sur le fait que les États-Unis doivent reconnaître le déséquilibre de pouvoir entre Israël, une superpuissance militaire financée par les États-Unis, et Gaza, un territoire occupé.

5. Israël faisait déjà l’objet d’une enquête de la Cour pénale internationale pour avoir commis des crimes de guerre contre des Palestiniens. Le conflit actuel influencera-t-il cette affaire?

En mars 2021, la procureure sortante de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a ouvert une enquête sur des attaques israéliennes présumées disproportionnées à Gaza – exactement le même type d’attaques en cause actuellement. L’enquête porte également sur le programme de colonies israéliennes en Cisjordanie.

Dans une récente interview , Bensouda a déclaré que l’enquête restait ouverte et que son bureau surveillait de très près la situation actuelle – avertissant essentiellement Israël de faire preuve de prudence, car le tribunal pénal pourrait lui demander des comptes.

La violence en cours montre que la menace n’a dissuadé aucun des deux camps. Les dirigeants israéliens se réfèrent souvent à un « dôme de fer légal » pour indiquer le parapluie général de protection qu’Israël offre à son personnel militaire contre toute poursuite pénale future.

6. Israël et les États-Unis ont-ils adhéré aux traités internationaux qui établissent les règles de la guerre?

Oui, ils ont tous deux ratifié les Conventions de Genève, mais pas leurs protocoles additionnels. Néanmoins, la communauté internationale reconnaît largement les règles énoncées dans ces accords comme étant du droit coutumier, et elles sont donc contraignantes pour tous les pays, qu’ils aient signé ou non.

7. Si ni Israël ni les États-Unis ne se conforment au droit international humanitaire, ces règles existent-elles réellement?

Le droit international a une fonction expressive, établissant une norme sur la façon dont les pays devraient se comporter. Au fil du temps, nous avons vu ces normes jouer un rôle croissant dans la manière dont les pays fonctionnent – et quelles actions sont jugées inacceptables.

Par exemple, à la suite du rapport Goldstone de 2009, Israël s’est engagé à apporter plusieurs changements pour minimiser les pertes civiles, notamment en restreignant l’utilisation de munitions au phosphore blanc, qui provoquent de graves brûlures chimiques.

Le droit international humanitaire n’est pas une panacée pour tous les maux du monde. Mais ces règles sont un bon point de départ et valent certainement la peine de se battre.

Asaf Lubin

Professeur agrégé de droit, Université de l’Indiana

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une