COVID – 19

Hip hop et panafricanisme : de Blitz l’ambassadeur à Beyoncé

Le hip hop c’est beaucoup de choses. Plus récemment, c’est devenu plus une marchandise , une entreprise commerciale, mais cela a toujours été et reste une culture mondiale qui représente les réalités locales. Il parle d’où l’on vient – à travers des paroles de rap, du DJing, du graffiti ou du breakdance – en incorporant l’argot local, des références, des contes de quartier, des sons et des styles.

Le hip hop a émergé dans les années 1970 dans le South Bronx, à New York aux États-Unis, parmi les jeunes Afro-Américains de la classe ouvrière ainsi que les immigrés caribéens et latinos.

Le lien de la culture hip hop avec les traditions musicales et sociales africaines serait bien documenté , notamment dans mon livre  Hip Hop in Africa: Prophets of the City and Dustyfoot Philosophers .

Dans ses racines et ses manifestations, je soutiens que le hip hop s’est également révélé être un puissant véhicule pour diffuser et façonner le panafricanisme.

Dépasser les frontières

Le panafricanisme est une reconnaissance des liens sociaux, culturels et historiques qui unissent les personnes d’ascendance africaine. C’est une compréhension des luttes partagées et, par conséquent, des destins partagés. C’est aussi comprendre l’importance de démanteler les divisions entre les peuples africains afin d’œuvrer à une plus grande solidarité sociale, culturelle et politique.

Mon travail s’est concentré sur le hip hop comme bande sonore de la transnationalisation – la propagation au-delà des frontières nationales – des communautés et des identités africaines.

Cela comprend la migration accrue et diversifiée des Africains vers les pays du monde entier. Aujourd’hui, un nombre croissant d’Africains vivent dans plus de deux pays. Il y a également eu une augmentation des migrations vers l’Afrique en provenance de la diaspora africaine – des personnes d’ascendance africaine qui sont dispersées à travers le monde. Certains de ces migrants de la diaspora sont également des Africains qui migrent vers des pays d’Afrique autres que le leur.

Un artiste dont le travail est à la fois une articulation de ces tendances transnationales et d’un panafricanisme en progression est la star du hip hop d’origine ghanéenne et basée à New York, Blitz the Ambassador .

Dans Hello Africa , il rappe :

Je viens d’atterrir, passeport Ecowas. De renommée internationale, je leur donne ce qu’ils demandent. De la ville d’Accra jusqu’à Marrakech…

Il procède à nous emmener dans un voyage à travers l’Afrique d’une manière qui reconnaît son identité en tant qu’Africain appartenant au continent, et aussi sa relation transnationale avec le continent. Il lance dans différentes langues – arabe, swahili, kinyarwanda, wolof – alors qu’il se déplace dans différentes villes.

Le nouveau panafricanisme

Le panafricanisme n’est pas une idée ou un mouvement nouveau. Ses racines sont précoloniales. Il continue d’y avoir un investissement sérieux dans un programme panafricain établi par des intellectuels comme Kwame Nkrumah du Ghana, Julius Nyerere de Tanzanie, CLR James de Trinidad et WEB DuBois des États-Unis.

Alors que nous voyons la croissance de la voix panafricaine du hip hop à travers des artistes comme Blitz the Ambassador, nous voyons également un mouvement loin des États-Unis d’Afrique sous un État socialiste comme objectif principal des panafricanistes. Quels sont donc certains des principaux objectifs du panafricanisme aujourd’hui ? La musique africaine, en particulier le hip hop, nous a toujours donné des indices.

Le hip hop est aujourd’hui un important catalyseur du panafricanisme. Nous assistons à un changement culturel majeur grâce à des collaborations entre des artistes de la diaspora africaine et africaine, ainsi qu’à l’inclusion d’éléments panafricains dans leur musique.

Certaines de ces chansons sont importantes pour rassembler des artistes connus pour faire des déclarations sociales, comme Opps (2018) avec Vince Staples (États-Unis) et Yugen Blakrok (Afrique du Sud) pour la bande originale de Black Panther . Il y en a beaucoup d’autres, comme le remix de Times Up (2020) avec Sampa the Great et Junglepussy.

Sampa The Great, artiste hip-hop née en Zambie et élevée au Botswana, passe son temps entre l’Australie et le Botswana. Son album The Return (2019) était une œuvre importante qui a reçu beaucoup d’ éloges . De là, les chansons Final Form et Energy sont des représentations de la voix panafricaine du hip hop.

Dans les vidéoclips des chansons, par exemple, nous voyons des styles de danse trouvés dans la diaspora et les communautés africaines. Nous voyons des dessins de peinture faciale comme ceux vus en Afrique du Sud et des masques comme ceux trouvés au Mali. Dans Energy , elle met en vedette l’artiste britannique-sierra-léonais Nadeem Din-Gabisi qui interprète de la poésie en pidgin anglais .

Collaborations

Nous avons vu d’importantes collaborations entre des artistes hip hop à travers l’Afrique et dans la diaspora qui remontent au début des années 1990. Mais nous constatons une augmentation après 2010. Lorsque les artistes africains ont commencé à utiliser les réseaux sociaux et le partage de fichiers, ils ont pu multiplier leurs collaborations.

En 2011, le pionnier sénégalais du hip hop Didier Awadi a lancé le grand projet collaboratif, Présidents d’Afrique (Présidents d’Afrique) mettant en vedette des collaborations avec des artistes du Burkina Faso, de la RDC, du Kenya, du Mozambique, de l’Afrique du Sud, de la France et des États-Unis. Il a également échantillonné les discours d’anciens dirigeants comme Aimé Césaire, Nyerere, Nkrumah, Malcolm X et Martin Luther King.

Et la présence croissante d’Africains à des postes importants dans l’industrie américaine du divertissement signifie que ces collaborations commencent à se produire sur des plateformes plus grand public.

Deux projets à gros budget qui ont attiré une attention particulière sont le film américain Black Panther (2018) et l’album visuel Black is King de la pop star américaine Beyoncé (2020).

Il y a beaucoup de critiques importantes de ces projets. Les grands labels préfèrent les formules éprouvées (rentables) à l’innovation des artistes. Il y a une tendance à l’homogénéisation – à l’amalgame – de l’Afrique et à la marginalisation des voix des artistes africains.

Beyoncé est critiquée pour ses représentations de l’Afrique.

Mais nous devons également comprendre que les deux projets sont des produits de la transnationalisation des communautés et des identités africaines. Ils existent en partie à cause de la mobilité accrue des communautés africaines à travers le monde. Nous devons également reconnaître leur impact sur la promotion des identités panafricaines.

Dans Black is King , on voit l’influence marquante de la culture ouest-africaine. Le projet est le produit de la vision créative de Beyoncé, du directeur créatif ghanéen Kwasi Fordjour et des créatifs ghanéens Blitz Bazawule (Blitz l’ambassadeur) et Emmanuel Adjei . Également sur le projet étaient les directeurs créatifs nigérians Ibra Ake et Jenn Nkiru .

Le panafricanisme c’est du hip hop

D’autres projets de ce type seront produits. Ces projets continueront également à être produits avec des budgets plus modestes. Mais imaginez si la forme finale de Sampa the Great avait un budget Black is King ? Y aurait-il des critiques à l’encontre de cette artiste si elle utilisait à tort un symbole africain particulier ?

Des chansons comme Final Form et Hello Africa sont des célébrations de Blackness, dans des espaces mondiaux. Ce panafricanisme est la reconnaissance que les peuples africains sont transnationaux et multiculturels. C’est comprendre que les peuples africains doivent être solidaires. C’est aussi un appel à comprendre et à respecter les différences dans nos luttes et à résister à la tentation d’imposer des modèles « universels » de libération. Le panafricanisme est aussi féministe, anti-homophobe et anti-impérialiste.

L’importance de la musique africaine et du hip hop est qu’elle nous donne également des indices sur ce qui se passe avec le panafricanisme. Le panafricanisme n’est pas un mouvement qui s’est éteint ou qui ne survit qu’au sein d’une petite minorité. Elle est dynamique et s’est adaptée aux nouvelles réalités.

Msia Kibona Clark – Professeur agrégé, Université Howard

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une