asd

COVID – 19

Ghana : l’exploitation minière illégale continue parce que les règles et la réalité sont déconnectées

L’exploitation minière artisanale et à petite échelle – un sous-secteur minier autochtone à faible technologie – revêt une importance économique croissante dans de nombreux pays en développement. On estime que plus de 150 millions de personnes dans le monde tirent indirectement leurs moyens de subsistance de cette activité. Au Ghana, il soutient des millions de personnes et contribue jusqu’à 43% de la production totale d’or du pays.

Le secteur emploie directement plus d’un million de Ghanéens ruraux, tandis que les industries en amont et en aval emploient 4,5 millions de personnes, ce qui représente 60 % de la main-d’œuvre minière du pays . Mais l’exploitation minière artisanale et à petite échelle est également responsable de défis environnementaux complexes : destruction des terres et de la végétation et contamination chimique de l’eau.

Le Ghana est l’un des premiers pays d’Afrique à promulguer une loi sur l’exploitation minière à petite échelle . Les codes miniers ghanéens reconnaissent non seulement l’exploitation minière artisanale et à petite échelle comme une source de subsistance légitime, mais établissent également un cadre visant à la formaliser.

Jusqu’à présent, cependant, la réglementation de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle au Ghana a été pour la plupart infructueuse. Plus de 85 % des opérations minières à petite échelle se déroulent encore dans le secteur informel et illégal de l’économie et restent largement non réglementées.

Dans le cadre de ma recherche doctorale, j’ai exploré les raisons de cette illégalité persistante , du point de vue des mineurs licenciés et illégaux. L’étude a identifié deux facteurs clés liés à l’exploitation minière illégale au Ghana. Premièrement, les mines sont éphémères mais l’obtention d’un permis minier prend du temps. Deuxièmement, le cadre réglementaire ne tient pas compte de la diversité de la réalité des opérations. Il est difficile pour les gens de se conformer à des règles qui ne s’adaptent pas à leurs conditions : elles leur sembleront sans importance.

Pour gérer et contrôler efficacement les activités d’exploitation minière artisanale et à petite échelle, ces facteurs doivent être pris en compte.

Déconnecter entre les règles et la réalité

J’ai effectué un travail de terrain entre décembre 2020 et mai 2021 dans trois communautés minières au Ghana : Wassa Akropong, Bogoso et Gbane. J’ai mené des entretiens avec des mineurs illégaux et des marchands d’or, des mineurs agréés, des propriétaires fonciers locaux, des représentants du gouvernement, des ONG et d’autres.

La première constatation était que les mines locales informelles étaient éphémères et fonctionnaient souvent sur une base de subsistance. Les mineurs manquaient de capital adéquat et de connaissances en matière de géoprospection.

Selon des informateurs locaux, la durée de vie productive de la plupart de ces types de mines était de 6 à 18 mois. Mais la procédure formelle pour obtenir une licence d’exploitation minière à petite échelle au Ghana peut prendre jusqu’à trois ans. Selon la Commission des minéraux, ce processus devrait normalement prendre trois à quatre mois. L’une des principales raisons pour lesquelles de nombreux habitants ne demandent pas de licence est cette déconnexion. Comme le dit un mineur illégal :

pour moi, cela n’a pas de sens d’attendre trois ans pour obtenir une licence pour entreprendre un projet de six mois. Je vais plutôt me cacher et faire mon galamsey (extraction illégale).

Le deuxième problème est un autre type de déconnexion. Les mineurs de cette recherche étaient de types divers, mais les règles sont censées s’appliquer à tous de la même manière. Les opérateurs allaient des mineurs alluvionnaires éliminant les dépôts du lit des cours d’eau à ceux extrayant de la roche dure pour l’or près de la surface. Ils ont utilisé un large éventail de techniques, de pratiques et de formes de connaissances pour extraire et traiter les minéraux. Différents mineurs avaient donc des perceptions différentes des exigences formelles en matière de licences. Par exemple, certains ne pensaient pas qu’ils avaient besoin d’un permis pour opérer parce que leurs activités ne causaient aucune destruction aux plans d’eau.

Les principaux instruments juridiques et réglementaires du Ghana pour l’exploitation minière à petite échelle montrent que le secteur est mal défini et classifié. Les populations rurales pauvres qui recherchent de l’or alluvionnaire peu profond avec des outils rudimentaires sont soumises aux mêmes procédures de permis que les opérateurs disposant d’outils plus sophistiqués.

Ce cadre réglementaire générique ne parvient pas à relier les divers types d’opérations du secteur aux niveaux et formes de contrôle appropriés. Certains des opérateurs les plus vulnérables du secteur ne peuvent pas se conformer.

Réformer la réglementation minière du Ghana

Il est important de créer un cadre réglementaire qui responsabilise tous les mineurs et leur permet également de formaliser leurs opérations.

Le processus d’octroi de licences, lourd, coûteux et chronophage, doit être réformé.

Cela pourrait signifier déléguer davantage de décisions minières à petite échelle aux agences gouvernementales locales et aux différentes parties prenantes locales. Le Kenya a récemment donné l’exemple : les comtés et les autorités municipales sont habilités à délivrer des licences minières en consultation avec différents groupes d’intérêts locaux.

La raison pour laquelle les mineurs locaux déplacent fréquemment leurs opérations réside dans la pauvreté et le manque d’éducation. Ainsi, les cadres réglementaires devraient mettre en place un soutien aux mineurs, y compris l’éducation et la formation, un soutien technique et financier. Cela permettrait aux mineurs de faire des investissements pour prolonger la durée de vie économique des mines locales.

Les réformes politiques doivent également reclasser le secteur minier artisanal et à petite échelle du Ghana. Cela se traduirait par des mesures de contrôle et de responsabilisation plus efficaces. L’exploitation minière «à petite échelle» et «artisanale» n’est pas nécessairement la même chose, elle peut donc nécessiter des règles différentes. En RDC, par exemple, l’exploitation minière artisanale est considérée comme une source de revenus indigènes où les opérateurs n’ont besoin que de « cartes d’exploitation ». Le Cameroun fait également la distinction entre les « petites mines » basées sur des gisements de minerai prouvés et les « mines artisanales » exploitées avec des niveaux de technologie spécifiés.

Le cadre du Ghana devrait tenir compte de ces différences si la lutte contre l’exploitation minière illégale doit être couronnée de succès.

Richard Kwaku Kumah

Candidat au doctorat, Université Queen’s, Ontario

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une