asd

COVID – 19

Évolution des perceptions économiques – Une entrevue avec l’auteur de l’éthosisme Jo M. Sekimonyo

Nous nous sommes assis avec Jo M. Sekimonyo, auteur de « Ethosism: Self-Enslavement Abolitionist Manifesto ». Jo est un marchand d’idées d’origine congolaise, fermenté aux États-Unis et mis en bouteille dans le monde entier. Une grande partie de ses écrits a porté sur la justice économique, la pauvreté et l’égalitarisme. Sekimonyo soutient que la capacité des individus à comprendre le monde et à répondre de manière créative aux défis auxquels l’humanité est confrontée est essentielle pour réduire la pauvreté. Il anime chaque année plusieurs ateliers et séminaires à travers le monde en développement visant à stimuler les débats autour des problèmes sociaux mondiaux et des théories économiques dominantes. 

La perspective unique de Sekimonyo sur la réduction de la pauvreté fait de lui une ressource inestimable pour les entreprises souhaitant étendre leurs opérations dans les pays en développement. Sekimonyo fournit aux entreprises un aperçu des défis et des opportunités qu’elles peuvent s’attendre à rencontrer sur ces marchés grâce à ses ateliers et séminaires. De plus, il offre aux participants une meilleure compréhension des cultures.

Jo, merci beaucoup d’être avec nous aujourd’hui. C’est super de vous avoir. Au début de votre livre se trouve une fascinante lettre de divorce au capitalisme. Quel est le message que vous envoyez au lecteur ?

Merci de me recevoir! J’ai enveloppé les sentiments entourant les défauts du capitalisme dans un récit familier d’une lettre tout en soulignant l’excuse perverse de l’inaction. La distinction entre « bénéfice » et « excédent » est devenue floue, et l’impact environnemental de l’accumulation de richesses a été cruellement négligé jusqu’à récemment. Cela n’est possible que par la complicité ou la complaisance de la population pauvre, conditionnée par les tropes du marché libre.

Très fascinant ! Qu’attribuez-vous aux conservateurs et aux voix modérées aux appels continus pour sauver le capitalisme ?

L’accumulation de richesses est dépeinte par la société comme vertueuse et même comme un devoir. Les bailleurs de fonds sont dépeints comme des moteurs et des gardiens de la croissance économique. Comme la manipulation cognitive a fait de l’injustice socio-économique un mode de vie acceptable, l’écart entre riches et pauvres est accepté comme obligatoire et vrai.

Certainement un bon point, mais le capitalisme est-il vraiment si mauvais que ça ?

Le capitalisme est aujourd’hui présenté comme la meilleure opportunité d’égalité. Pour être franc, il s’agit d’une forme romancée d’esclavage, que la population a acceptée et embrassée, avec son désir de prix bon marché et de rotation continue des marchandises. Comme nous avons des acheteurs plutôt que des consommateurs, notre état d’esprit nous permet d’être plus facilement trompés que nos désirs sont nos besoins.

Je vois que c’est un bon point, en effet. Alors, votre livre appelle-t-il à la résurgence d’une autre forme de socialisme ou de communisme sous un autre nom ?

Je suis également critique du socialisme. Les tentatives des socialistes d’améliorer les conditions des pauvres ont eu l’effet inverse, reproduisant leur position servile. Le socialisme ancre simplement l’attitude capitaliste dans l’esprit des pauvres et des esclaves sociaux. L’exploration de ce livre aborde également l’idéologie religieuse, historiquement au centre de l’inégalité du travail ; la justification théiste de l’inhumanité, qui alléguait le blasphème ou la trahison comme motifs de son opposition. Des similitudes entre les modèles économiques occidentaux et islamiques modernes sont établies.

Vous avez vraiment approfondi l’exploration, ce que les lecteurs peuvent apprécier. Le capital est toujours défini comme la partie de la richesse qui a été consacrée à l’obtention de richesses supplémentaires, comme l’a déclaré Alfred Marshall. Est-ce encore le cas au 21ème siècle ?

Pas du tout. Aujourd’hui, le capital est ce moyen qui est consacré à obtenir plus de moyens par l’interaction avec les autres. Autrement dit, le capital est le moyen de participation, d’engagement ou d’implication, qui est enfermé dans l’obtention de richesses. Le travail n’est donc pas la seule source de tout surplus ; l’argent non plus.

C’est une façon très intrigante de le dire, et je peux certainement l’apprécier ! Malgré les crises économiques mondiales récurrentes et le creusement des inégalités rendus transparents par la pandémie de COVID-19 qui a suscité une critique croissante du capitalisme, quels sont les obstacles pour que le monde imagine un nouvel arrangement social et économique ou, dirons-nous, une alternative au capitalisme ?

Les expériences d’apprentis consistant à multiplier la pauvreté et la criminalité, puis à soustraire la réalité ouvrent la porte à des recherches avancées en économie et en théologie. Les scientifiques intransigeants maîtrisent l’art de l’imprécision pour bien servir les maniaques en amenant le public à détourner le regard des solutions évidentes à leur énigme. La compassion est devenue un cauchemar et une parodie pour le nouvel âge voyeur de la souffrance des autres mortels ou l’illusion de l’opulence éternelle de la classe supérieure indigène.

Réparer les trous éthiques, comme nous l’avons fait, ne peut plus durer comme avant. L’incompatibilité tient à l’écart considérable entre les comportements d’aujourd’hui et les déviations et règles de récompense florissantes installées il y a plus de deux siècles. Un changement de paradigme ne déclenche pas spontanément le changement de mentalité dans la bonne direction. Le monde n’a pas encore cessé d’écouter les capitalistes qui plaisent, les lumpen-intellectuels.

Il y a trois éléments critiques que nous devons encore accepter. Le modèle de marché libre est obsolète. Nous devons rejeter toute tentation d’embrasser des dogmes communistes ou socialistes remaniés pour préserver la santé mentale de l’humanité. Et c’est une perte de passion et de temps suggérant quelque chose entre le capitalisme, le socialisme et le communisme. En conséquence, je propose une troisième voie : « l’éthosisme ».

Magnifiquement mis, et certainement quelque chose à penser. Jo, merci beaucoup pour votre temps aujourd’hui. Où les lecteurs peuvent-ils en savoir plus sur l’éthosisme et votre travail ?

Avec plaisir et encore merci. Les lecteurs peuvent en savoir plus sur  mon site www.sekimonyo.com  ou en consultant le livre sur Amazon .

techculture.biz

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une