asd

COVID – 19

États-Unis : Démystifier la loi américaine sur l’immigration

L’encadrement du problème de l’immigration a toujours été un défi souvent utilisé pour les acquis politiques. La même question apparaît lors d’une année électorale et s’estompe juste après l’élection. Contrairement au passé, l’immigration est devenue un débat houleux lors des élections de 2016. La rhétorique a transformé une question légitime en une bataille impitoyable entre deux bases électorales solides: démocrate et républicaine.  La course électorale bruyante de 2016 donne une participation importante parmi la base conservatrice. Le résultat d’une telle stratégie n’était rien de moins qu’un conflit conçu dans une réalité déformée et décalé par rapport aux valeurs américaines perçues.

Problème de politique

 L’immigration est un problème aux multiples facettes, et cela dépend de la façon dont elle est vendue au public. En tant que politique, inclusive pour une population qui vit dans l’ombre de la société, c’est une question de financement public, en même temps, une question de compassion pour le public américain.  Deborah Stone dans Policy Paradox traite le problème en dévoilant sa nature démagogique et les luttes politiques entre les partis et les groupes d’intérêt pour influencer des politiques spécifiques. Elle explique : « Ils (les politiciens) composent des histoires qui décrivent les préjudices et les difficultés, les attribuent aux actions d’autres individus ou organisations, et revendiquent ainsi le droit d’invoquer le pouvoir du gouvernement pour mettre fin au préjudice » (2007).  En matière de financement public, les deux parties peuvent devenir des adversaires : ceux qui proposent une voie pour documenter les immigrants sans papiers penchent vers des réformes de justice sociale. Attendu que ceux qui suggèrent l’expulsion massive pour éviter d’offrir des services (tels que l’éducation publique, le droit à l’emploi aux immigrants sans papiers et les soins de santé à leurs enfants nés aux États-Unis) penchent davantage vers des politiques intérieures plus fortes.

Les élus hésitent à aborder la question en raison de la complexité de leurs circonscriptions, et comme je l’ai mentionné précédemment, dans la plupart des cas de courses au poste de gouverneur et au Congrès, la rhétorique s’éteint après l’élection. Les systèmes et services publics sont conçus de telle sorte que le statut juridique détermine quels services les mandants reçoivent, quand et comment.  Les perceptions erronées sur les « droits » que les immigrants sans papiers reçoivent du système ont fait des ravages depuis 2013, quand un projet de loi de réforme a été adopté au Sénat avec 68 voix, mais est rapidement mort au Congrès (Johnathan Capeheart, 2014).  Obama a menacé de prendre des mesures exécutives sur le projet de loi qui a suscité plus de désaccord politique dans un Congrès dirigé par les républicains.

Problème politique

 Le grand public interprète souvent mal les lois sur l’immigration. Les lois sur l’immigration sont principalement un paquet de lois législatives dans la Loi sur la nationalité des immigrants (INA), plutôt qu’un ensemble de prestations, comme le public le perçoit. Les immigrants sans papiers ont des droits constitutionnels limités et ne bénéficient pas directement du système. La loi sur l’immigration interdit aux employeurs d’embaucher des immigrants sans papiers, et la plupart d’entre eux ne sont pas admissibles au numéro de sécurité sociale. Ironiquement, l’économie et le marché du travail ont toujours eu leur place pour les immigrants sans papiers, et peut-être beaucoup oublient que le marché du travail invisible comme le travail agricole, les petites entreprises ont besoin de l’immigrant faiblement rémunéré pour prospérer. Un paradoxe juridique !

Le subjectivisme dans de nombreuses interprétations est tout à fait inhérent à la rhétorique politique et donne une approche factuelle non seulement envers les immigrants sans papiers, mais aussi les immigrants en général. Il les dépeint comme des demandeurs d’emploi, et traditionnellement, il a été un fossé politique étroit pour disperser la pression du chômage causée par les crises économiques depuis l’ère de la Grande Dépression.  La croyance que les immigrants sans papiers ajoutent au bassin des travailleurs américains peu qualifiés l’argument est moralement discutable. Richard Wolf (2017) affirme que le Mexique et les États-Unis sont profondément liés … notre industrie de la construction est impensable sans travailleurs sans papiers et donc l’industrie alimentaire et touristique.

Les partisans politiques de la réforme de l’immigration tels que le caucus hispanique au Congrès, La sénatrice de Californie Kamala Harris, le sénateur Richard Blumenthal CT et un groupe de dix sénateurs ont présenté une nouvelle législation à la suite des décrets sur l’immigration du 25 janvier 2017 : le projet de loi intitulé « Protecting Sensitive Locations Act codifie les politiques existantes du département de la Sécurité intérieure et élargit ces politiques pour s’assurer que les immigrants puissent accéder à l’éducation, à la justice pénale et aux services sociaux sans crainte d’expulsion », cité par Kamala D. Harris, sénatrice de Californie aux États-Unis. Le projet de loi intervient en réponse aux effets de la loi élargie sur l’immigration (25 janvier 2017) résumée en deux décrets  1. Améliorer la sécurité publique à l’intérieur des États-Unis et 2. Protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États-Unis (NPR Politics). «En vertu des nouvelles directives, le gouvernement n’exempte plus les classes ou les catégories d’étrangers amovibles de toute application potentielle » (Kulish, et coll., 2017).  Alors que des groupes de défense tels que l’American Civil Liberties Union (ACLU) prennent une position sérieuse en s’opposent à la nouvelle expansion de la politique d’immigration, le gouvernement fédéral étend l’application de la loi à tous les immigrants sans papiers, même si un « statut sans papiers » n’est pas une infraction pénale, saufsi spécifié dans des circonstances différentes(cité dans ACLU).

Un problème de droits de l’homme

En un mot, interpréter « organiquement » leslois sur l’immigration sans tenir compte des variables sociales, cela peut signifier cibler et profiler racialement principalement les immigrants latinos d’Amérique du Sud et centrale. Le facteur humain va au-delà de la loi ou de son interprétation. En d’autres termes, l’absence d’une réforme globale a laissé la population la plus vulnérable sur le point d’être expulsée et expulsée pendant que les familles sont déchirées.

La réforme de l’immigration a été l’un des enjeux cruciaux de la dernière campagne électorale, mais jamais elle n’a autant attiré l’attention qu’en 2016. En fait, la rhétorique est allée si loin qu’elle a ignoré non seulement les lois fédérales et leur compétence; la Convention internationale de 1954 sur les immigrants et les réfugiés, l’ICCPR (Pacte international pour les droits civils et politiques de l’ONU en 1966), mais elle avait également négligé les constitutions de l’État et les politiques d’immigration. La réforme élargie de l’immigration peut en fait être en contradiction avec bon nombre des dispositions de la Convention sur les réfugiés de 1951 sur la non-discrimination fondée sur la race, la religion ou le pays d’origine (p. 35).

Le grand public n’est pas au courant des implications juridiques de la réforme de l’immigration ou du moins de la loi publique IIRIRA 104-208 1997; l’impact qu’il a sur le peuple des États-Unis et sur les immigrants sans papiers eux-mêmes.  La plupart des gens qui adoptent la rhétorique anti-immigrants sont pris dans un bourbier de politiques économiques intérieures ratées, qui ont peut-être un peu ou rien à voir avec l’immigration illégale et plus à voir avec l’effet de la mondialisation.  Néanmoins, les États-Unis ont été un contre-performant lorsqu’il s’agit de trouver un moyen de légaliser les immigrants économiques sans papiers, indépendamment du fait que beaucoup d’entre eux ont des numéros d’identification fiscale et versent leurs cotisations à la société. Le problème est lourd de nombreuses complexités qu’il menace les libertés civiles de nos propres citoyens; enfants nés d’immigrants sans papiers en violant leurs droits constitutionnels tels que les amendements 4, 5 et 14, voir États-Unis c. Wong Kim Ark, 169 U.S. 649 (1898),mais trèsprobablement, il sape l’application régulière de la loi. Garantir les libertés civiles est un droit constitutionnel enraciné dans les documents fédéralistes et la Constitution (amendement 10) et repose sur le principe de la division du pouvoir entre le gouvernement fédéral et les États.

Un problème juridique ambigu

Le cœur de la question de l’immigration, c’est que nous avons une loi existante qui pose problème lorsqu’il s’agit des pouvoirs législatifs du gouvernement fédéral. La loi elle-même comporte des lacunes, des mythes et des incertitudes (ACLU).  En ce qui concerne les administrations, l’immigration a toujours été une politique du gouvernement fédéral. Chy Lung c. Freeman; 92 U.S. 275 (1876) a créé un précédent.  La loi visait à protéger les citoyens étrangers contre les politiques de l’État peu accueillantes. Ainsi, le gouvernement fédéral a promulgué des lois pour protéger les citoyens étrangers. Aujourd’hui, nous voyons un changement dans l’implication pour la pratique. Les États ont adopté des politiques d’immigration pour protéger les citoyens et leurs libertés.  Dans l’affaire Arizona c. États-Unis, le juge Kennedy a rendu l’avis de la cour et, entreautres, a mentionné : « Le fédéralisme, au cœur de la conception constitutionnelle, adopte le principe selon lequel les gouvernements nationaux et des États ont des éléments desouveraineté que l’autre est tenu de respecter, et parfois les lois étatiques et fédérales sont contraires mais fondées sur la clause de suprématie, le Congrès a le droit de préempter les lois de l’État » (cité dans Arizona c. U.S. opinion). Les États sont préoccupés par les libertés civiles et l’ingérence des organismes fédéraux dans l’application de la loi sur l’immigration. En outre, la loi fédérale connue sous le nom d’IIRIRA (1996) est susceptible de provoquer des conflits entre le gouvernement fédéral et les États qui pourraient non seulement violer les libertés civiles, mais aussi interférer avec la budgétisation de l’État dans des questions qui pourraient être strictement fédérales. Cela implique d’utiliser les agences locales et état pour faire respecter une loi fédérale.

Dans cette série de pépins juridiques et d’obstacles, de nombreux intervenants sont impliqués dans la recherche d’une solution à nos problèmes sociétaux et d’offrir une voie à la légalisation des immigrants sans papiers plutôt que de prendre des mesures drastiques reflétant un système raté de fédéralisme coercitif et causer plus de tort que de résoudre un problème plus profond.

Le présent document discutera de la relation entre l’Autorité législative de l’État, des collectivités locales et fédérales dans la mise en œuvre de la Loi sur l’immigration. Il donnera un aperçu de ce que signifie l’élargissement de la loi sur l’immigration pour les familles d’immigrants, principalement celles d’Amérique latine. Il donnera un aperçu des villes sanctuaires et de ce que l’État et le gouvernement local font pour protéger les immigrants sans papiers contre les intrusions de l’ICE dans la communauté, et à quel niveau les localités et les États coopèrent avec le gouvernement fédéral.

L’article premier du présent document abordera les points clés de la Loi sur l’immigration, loi publique 104-208 de l’IIRIRA. Il donnera un aperçu de la loi de réforme de l’immigration de 1997, et les efforts de l’administration Obama pour mettre en œuvre une réforme de l’immigration. Il expliquera le pouvoir des organismes fédéraux ses limites et les répercussions découlant des décisions de la Cour suprême sur les lois et les affaires relatives à l’immigration.  Il expliquera le pouvoir exécutif d’appliquer les lois sur l’immigration

La section 2 discutera de la raison d’être des villes sanctuaires, de la façon dont l’absence de définition juridique permet aux États et aux localités de faciliter et de donner aux immigrants sans papiers la possibilité de vivre dans la dignité pendant que beaucoup d’entre eux élèvent leurs enfants américains.

Interprétations de la loi sur l’immigration

La question de l’immigration est de nature très complexe en raison du statut très « fragile » des immigrants lorsqu’ils entrent aux États-Unis et établissent ou n’établissent pas un statut juridique. La loi sur l’immigration, bien que quelque peu conforme aux accords internationaux sur les réfugiés et les demandeurs d’asile, se heurte à de nombreux obstacles en raison de juridictions conflictuelles. Les agences fédérales qui traitent parfois de la loi sur l’immigration se croisent et rendent parfois plus difficile pour les États de chercher leur coopération.  L’élargissement de la politique d’immigration a suscité des inquiétudes au sein du Caucus hispanique du Congrès (Singh, 2017). Ils craignent que les immigrants latinos soient profilés racialement, que les communautés soient déchirées, que les droits civils et constitutionnels soient violés.   Il est primordial de comprendre la structure de la loi. « Selon la théorie de la préemption de la Cour, le droit fédéral de l’immigration se compose non seulement des travaux du législateur, ou des termes du Code, mais aussi des choix d’exécution que l’exécutif fait » Adam B. Cox & Cristina M. Rodríguez Yale Law Review).

La loi soutient que le pouvoir du gouvernement fédéral par l’intermédiaire du procureur général et des organismes appropriés de superviser et d’agir sur les tribunaux de district ou les États et les localités n’est pas conféré aux autorités législatives du gouvernement fédéral dans de nombreuses dispositions de la loi. Pourtant, le pouvoir général du procureur a été contesté par les tribunaux de district, même les cours d’appel.  Par exemple, dans Petitioners c. NATIONAL CENTER FOR IMMIGRANTS’ RIGHTS, INC., et coll. le droit de libérer des étrangers sans papiers sous caution avec des conditions attachées (sans être autorisé à travailler jusqu’à l’audience d’expulsion) a été contesté par le Centre national des droits des immigrants.  La décision de la Cour suprême a confirmé l’autorité législative du procureur général. Néanmoins, les villes sanctuaires « ne sont pas » toujours conformes à la loi fédérale et aux pratiques d’embauche en général. Les numéros d’identification fiscale émis par l’IRS ont atténué les problèmes d’embauche d’immigrants sans papiers (American Immigration Council).

L’INA (Loi sur la nationalité de l’immigration) a l’intention de réglementer et d’appliquer les questions d’immigration, comme toute autre loi, philosophiquement, elle vient avec des avantages et des inconvénients, mais examinons d’abord quelques décisions de la Cour suprême pour comprendre la complexité de la loi et comment le gouvernement fédéral cherche la coopération des États et des localités dans sa mise en œuvre, et si le gouvernement fédéral dépasse son autorité légale aux États sur les questions d’immigration.

Ce qui est plus ambigu – pour le public – dans l’interprétation des politiques d’immigration, c’est le fait que les immigrés – légaux et sans papiers – ne sont pas entièrement protégés par le droit constitutionnel à une procédure régulière. Pour compliquer les choses, en vertu de la politique « Pas de juge requis » (Kulish et coll., 2017), les immigrants sans papiers sont renvoyés ou expulsés rapidement sans comparaître devant un juge. Article16. L’accès aux tribunaux de la Loi sur la Convention sur les réfugiés stipule que :  1. Un réfugié a libre accès aux tribunaux sur le territoire de tous les États contractants. 2. Un réfugié bénéficie dans l’État contractant dans lequel il a sa résidence habituelle le même traitement qu’un ressortissant dans les affaires relatives à l’accès aux tribunaux, y compris l’assistance juridique et l’exemption de cautio judicatum solvi  (p. 92).

Apparemment, iln’y a pas de distinction entre les immigrants sans papiers résidant dans le pays et les immigrants sans papiers qui demandent l’asile politique, ou le statut de réfugié de guerre : souvent, ceux qui traversent la frontière viennent de communautés déchirées par la guerre et échappent à la mort ou à l’exécution. Aucun juge requis ne s’appliquait principalement à tous les immigrants sans papiers qui n’ont pas passé plus de deux semaines dans le pays (Kulish et coll., 2017).  Dans la pratique, cela signifie que les immigrants sans papiers seront renvoyés sans avoir la possibilité de demander un ajustement de statut ou de faire recours à un avocat pour les représenter dans les affaires juridiques. Ainsi, l’application régulière de la loi est souvent remise en question et violée dans le cadre de la politique élargie, et est en contradiction avec le Droit international promulgué par les Nations Unies.  Bon nombre des lois sur l’immigration sont des lois législatives dont l’application est fondée sur les procédures juridiques telles que la détention, l’expulsion, les voyages, l’entrée dans le pays légalement ou illégalement, les naturalisations, les visas et toute une série d’autres procédures juridiques qui visent à catégoriser les questions d’immigration.

La décision de la Cour suprême (2016) du second mandat du président Obama est d’un intérêt majeur. En avril 2016, avec huit juges de la Cour suprême, il était tout à fait impossible d’obtenir un vote quorum sur l’affaire d’immigration liée à la DACA et au DAPA; une politique proposée par le président Obama comme une continuation de son héritage. « Le programme aurait protégé jusqu’à cinq millions d’immigrants sans papiers de l’expulsion et leur aurait permis de travailler légalement aux États-Unis » (Liptak et Shear, 2017). La Cour suprême est dans l’impasse dans l’affaire soutenant que l’affaire finira par intensifier l’argument et le pouvoir présidentiel au cours de l’année électorale 2016.  Brouillés pour trouver un moyen de mettre en œuvre une action différée sur les enfants arrivant dans le pays à un âge précoce, et les enfants nés aux États-Unis d’immigrants sans papiers respectivement connus sous le nom DACA et DAPA, les efforts du président Obama ont été bloqués au Congrès par John Boehner qui a décidé de ne pas porter le projet de loi sur le plancher du Congrès pour voter indépendamment du fait que – le projet de loi – a été lancé par le Gang des Huit – un groupe bipartite sénatorial.

DACA – comme une action constitutionnelle – par le président Obama a été contestée par le procureur général du Texas Ken Paxton dont l’État était parmi les trois juridictions avec le plus grand nombre d’immigrants sans papiers, et beaucoup d’entre eux étaient tombés sous DAPA. L’opposition au projet de loi était ardente et elle a été combattue par la Cour d’appel du Cinquième Circuit. Les arguments de la Cour suprême présentés par les opposants (les États) ont fait valoir que le DAPA violait la clause take care de la Constitution, qui clarifie le pouvoir du président ( États-Unisc. Texas). Dans une impasse de quatre à quatre, la décision n’a créé aucun précédent et a simplement laissé en place l’injonction préliminaire du tribunal inférieur qui bloquait le programme.

L’immigration est devenue une bataille politique de toutes parts; ceux qui proposent des politiques dures sur l’immigration illégale, et ceux qui cherchent un chemin vers sa légalisation. Mais quand il s’agit de la légitimité des politiques d’immigration, qu’elles soient étatiques ou fédérales, il s’agit de savoir qui est touché et comment la société réagit à ces politiques.  Dans Arizona c. États-Unis 2012, l’État de l’Arizona a tenté d’accroître son pouvoir en utilisant la loi fédérale et en devenant son substitut afin de résoudre leurs problèmes d’immigration. Les États ne peuvent pas utiliser leur force de police pour faire appliquer une loi fédérale à moins qu’un accord préalable n’ait été conclu avec le ministère de la Justice et le procureur général (IIREA). La décision sur l’affaire ne permet pas aux États de considèrent comme un crime d’État ou un délit si un immigrant sans papiers ne se conforme pas à certaines lois fédérales [articles 3, 5 et 6 de l’Arizona S.B 1070].

« Support Our Law Enforcement and Safe Neighborhoods Act » initié par le gouverneur de l’Arizona Jan Brewer a suscité la controverse à travers le pays. La Cour suprême a accordé le bref de certiorari à la Cour d’appel des États-Unis pour le neuvième circuit, et puisque la loi fédérale est la loi du pays, l’interférer avec elle, ou l’appliquer indûment entraînera une préemption par le gouvernement fédéral sur la décision des États sur l’application des lois fédérales. La loi sur l’immigration est une loi fédérale et, en tant que telle, en vertu de la doctrine de la clause de suprématie, elle est maintenue au-dessus de la loi de l’État. Les leçons de  l’Arizona c. États-Unis  « affirmé » que les questions d’immigration sont souvent pris dans un bourbier de mépris politique et utilisé rhétoriquement.   Arizona c. L’opinion des  États-Unis a statué que les États ne peuvent usurper les lois fédérales. Toutefois, l’utilisation des organismes locaux et d’application de la loi de l’État se trouve souvent dans une zone grise.   « La loi fédérale précise les circonstances limitées dans lesquelles les agents de l’État peuvent exercer les fonctions d’agent d’immigration. En général, ce n’est pas un crime pour un immigrant sans papiers de résider aux États-Unis, à moins d’être décrit par la Loi sur l’immigration. Un exemple principal est lorsque le procureur général a accordé ce pouvoir à des agents spécifiques dans le cadre d’une entente officielle avec un État ou un gouvernement local. Voir §1357(g)(1) »  Arizona v United States,p. 17).

D’autre part, la Cour suprême a statué que « cette autorité de l’État pouvait être exercée sans aucune contribution du gouvernement fédéral quant à savoir si une arrestation est justifiée dans un cas particulier. Cela permettrait à l’État de réaliser sa propre politique d’immigration  (p.17).

Le Texas a été au centre de la controverse sur l’immigration illégale. Dans Plyer c. Doe (1982) La Cour suprême des États-Unis a invalidé une loi de l’État qui interdisait aux enfants de fréquenter les écoles publiques – s’ils n’étaient pas en mesure d’établir un statut juridique – et une loi locale qui exigeait des parents d’enfants sans papiers 1 000 $ pour l’année scolaire. Les statues de l’État et de la région ont été jugées discriminatoires et l’éducation du public aux enfants sans papiers n’a pas eu d’impact sur les dépenses.  La loi de l’État violait l’application régulière de la loi (amendement 5) et le droit d’une personne d’être égale devant la loi (amendement 14)voir Plyer c. Doe.

Avec certains droits d’établir une politique d’immigration, les États ont créé des refuges sûrs pour protéger les immigrants du gouvernement fédéral. De nombreux États ont adopté leur propre politique d’immigration et les questions relatives à l’immigration fixent souvent l’ordre du jour politique des candidats en place et difficiles.

Villes sanctuaires:

L’opposition au DACA et au DAPA au Texas c. États-Unis a prouvé à quel point les immigrants et leurs familles étaient vulnérables face aux lois sévères mises en œuvre par certains États et au refuge que d’autres États offrent pour protéger les familles contre le fait d’être déchirées et détenues par les agents de l’ICE. La constitutionnalité de la politique élargie d’immigration est questionnée par le système judiciaire. Pendant l’administration Obama, les procédures d’expulsion se sont réduites aux résidents sans papiers qui avaient commis des crimes, qui faisaient partie de gangs ou qui étaient considérés comme nuisibles à la société (Kulish et coll., 2017).

De nombreuses villes sanctuaires sont devenues un refuge sûr pour de nombreuses familles d’immigrants. Le social des villes qui coopèrent avec les agents de l’ICE aux villes sanctuaires devient un phénomène très répandu. Même les grandes régions métropolitaines ne sont plus considérées comme « sûres ». En général, les juridictions sont considérées comme des « villes sanctuaires » lorsqu’elles promulguent ou mettent en œuvre des ordonnances, des lois locales ou des politiques de non-coopération avec les autorités fédérales de l’immigration dans l’application de la loi fédérale sur l’immigration. Le terme s’applique à environ 300 localités qui limitent leur coopération avec l’ICE (Sanctuary Cities).

Les villes sanctuaires ont récemment été au centre d’une question controversée; une bataille continue entre les États, les localités, le pouvoir exécutif du gouvernement et le ministère de la Justice. La mort de Kate Steinle à San Francisco, en Californie, le 1er juillet 2015; un citoyen américain tué par Juan Francisco López Sánchez, un criminel sans papiers qui avait déjà été expulsé du pays, a apporté beaucoup de chaleur à la rhétorique anti-immigration. Le cas de López Sánchez a servi de précédent pour l’application de la patrouille frontalière et la construction d’un mur à la frontière mexicaine pour interdire le passage vers les États-Unis. Les lois sur l’immigration et la pression du ministère de la Justice pour coopérer avec les autorités locales afin d’éliminer les immigrants sans papiers est devenu fougueux. Alors que de nombreuses villes offrent une certaine protection aux immigrants, bon nombrede ces protections ont à voir avec « policies qui ne tiennent pas compte des demandes de l’immigration et de l’application des douanes (ICE) de détenir indéfiniment des détenus immigrants au-delà de leurs dates de détention (communément appelé « détenus ») ou « politiques qui arrêtent la police locale de demander une preuve de citoyenneté et d’arrêter les immigrants qui n’ont pas de documents à moins qu’ils ne soient soupçonnés de commettre d’autres infractions pénales » (Cité dans sanctuary cities).

Quoi qu’il en soit, dans l’affaire Arizona c. États-Unis, la Cour suprême a statué que l’article 2 SB 1070 (preuve de documents juridiques) était entièrement laissé aux États et à leurs politiques d’immigration. C’est un coup dur dans la section des droits civiques de la Constitution, mais les villes sanctuaires ne l’honorent pas.  Les maires de Seattle, Los Angeles, Chicago, New York, San Francisco, Newark, Providence et Baltimoreont réaffirmé leurs politiques de « sanctuaire » (citéesdans les villes sanctuaires),tandis que le comté de MiamiDade a voté par 9 voix contre 3 pour mettre fin à son statut de ville sanctuaire en échange de la poursuite des fonds fédéraux.  Carlos Jimenez, maire de la ville, a déclaré : « Sa décision était purement financière. Il ne veut pas mettre en péril environ 355 millions de dollars par année que le comté reçoit en financement fédéral » (Gomez, 2017).

L’ICE doit également publier un rapport hebdomadaire sur les autorités étatiques et locales qui libèrent les immigrants sans papiers des prisons; toutefois, cela pourrait être en contradiction avec les politiques de protection de l’État à l’égard des immigrants.  Les partisans de l’expansion des politiques d’immigration comme Jessica Vaughan, directrice des études politiques au Center for Immigration Studies, appuient des contrôles plus stricts sur l’immigration, entre autres, elle a déclaré : « Maintenant, tout le monde va être en mesure de voir combien d’étrangers criminels sont libérés à la suite des politiques du sanctuaire » (Kulish et coll., 2017). Toutefois, la non-différenciation, qui convient à toutes les procédures d’expulsion, est – encore une fois – en contradiction avec les dispositions du Droit international sur les réfugiés, l’article 33. L’interdiction de l’expulsion ou du retour (refoulement) interdit l’expulsion en déclarant : « 1. Aucun État contractant ne doit expulser ou renvoyer (« refouler ») un réfugié de quelque manière que ce soit aux frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un groupe social particulier ou à son opinion politique » (p. 233).

En conclusion, sur la base de l’interprétation linéaire des affaires de la Cour suprême et de la dernière élaboration de la politique d’immigration, on peut dire sans danger qu’il existe un disjoint entre l’État, les organismes locaux et fédéraux. Ce disjoint n’est pas l’échec d’un système plutôt qu’une façon dont le fédéralisme fonctionne. En laissant de côté, le facteur humain et l’impact de l’immigration sur la société, la nécessité d’une réforme globale et contemporaine de l’immigration est nécessaire. La société n’est plus confrontée au dilemme de refuser la résidence aux immigrants sans papiers, mais en niant la nécessité d’une réforme, de mettre en jeu la vie et l’avenir des enfants américains nés d’immigrants sans papiers. En outre, en tant qu’un des principaux pays des Nations Unies, nos politiques doivent refléter et être alignées sur les lois internationales.

Val Karanxha Ed.D. (Traduit en français par Jay Cliff)

  • Adam Liptak et Michael D. Shear. (2016, 23 juin). La Cour suprême bloque le plan d’immigration d’Obama. Récupéré le 11 avril 2017.
  • Devenez un combattant de la liberté – Rejoignez l’ACLU. (n.d.). Récupéré le 12 avril 2017.
  • Les membres du Congrès californien s’inquiètent que la Sécurité intérieure ne prend pas leurs préoccupations en matière d’immigration au sérieux. (n.d.). Récupéré le 12 avril 2017.
  • Dixon, K. (n.d.). Malloy aux flics: Vous n’avez pas à coopérer avec ICE. Récupéré le 12 avril 2017.
  • Eitle, D., et Taylor, J. (2008). Les Hispaniques sont-ils la nouvelle « menace »? Menace de groupe minoritaire et crainte de crime dans le comté de Miami-Dade. Recherche en sciences sociales, 37(4), 1102-1115. doi:10.1016/j.ssresearch.2008.05.005
  • Gomez, A. (2017, 17 février). La commission Miami-Dade vote pour mettre fin au statut de « sanctuaire » du comté. Récupéré le 12 avril 2017.
  • Loi de 1952 sur l’immigration et la nationalité (États-Unis). (n.d.). Référence Springer. doi:10.1007/springerreference_225236
  • SERVICE D’IMMIGRATION ET DE NATURALISATION, et coll., Petitioners c. NATIONAL CENTER FOR IMMIGRANTS’ RIGHTS, INC., et coll. (n.d.). Récupéré le 12 avril 2017.
  • Backgrounder Sanctuary Cities. (n.d.). Récupéré le 11 avril 2017.
  • Le sénateur Harris et les démocrates du Sénat présentent un projet de loi visant à bloquer l’application de la loi sur l’immigration dans les endroits sensibles. (n.d.). Récupéré le 26 avril 2017.
  • Shane, Peter M. « La grande affaire d’immigration de la Cour suprême des États-Unis n’était pas sur le pouvoir présidentiel. » L’Atlantique. le 28 juin 2016. Consulté le 11 avril 2017.
  • Pierre, D. (n.d.). Histoires causales et formation des programmes politiques.
  • The Federalist Papers Essay 45 Résumé et analyse. Récupéré le 12 avril 2017.
  • Les faits concernant le numéro d’identification fiscale individuelle (ITIN). (2016, 27 octobre). Récupéré le 12 avril 2017.
  • Décret exécutif de Trump sur l’immigration, annoté. (2017, 31 janvier). Récupéré le 26 avril 2017
  • Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. (n.d.). La Convention de 1951 sur les réfugiés. Récupérée
  • https://www.washingtonpost.com/blogs/post-partisan/wp/2014/11/06/boehner-refuses-to-act-on-immigration-reform/
  •  le 26 avril 2017

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une