asd

COVID – 19

COVID-19 : en Asie du Sud-Est n’est pas « seulement » une crise sanitaire

Le cas COVID-19 a augmenté de manière si spectaculaire en Asie du Sud-Est ces derniers mois – même en juillet, la région a enregistré un taux de mortalité parmi les plus rapides au monde. Avec la propagation de la variante Delta, l’Asie du Sud-Est et ses 655 millions d’habitants sont désormais devenus le centre de la pandémie en raison de facteurs géographiques, politiques et socio-économiques.

Comme cela s’est produit ailleurs dans le monde, la pandémie en Asie du Sud-Est expose la dépravation du système .

La pandémie montre comment les pays privilégient les intérêts économiques par rapport aux dommages environnementaux et aux catastrophes sanitaires qui augmentent rapidement dans leurs régions.

La gouvernance politique centrée sur l’élite et les obstacles croissants à la société civile rendent encore plus difficile pour les Asiatiques du Sud-Est de s’engager avec le gouvernement pour faire face à cette crise.

En Asie du Sud-Est, de nombreux aspects sociaux et culturels de cette pandémie ont été occultés. Les voix des experts en sciences humaines et sociales, et même des experts en santé publique, semblent passer inaperçues.

Les gouvernements ont mis en œuvre des mesures descendantes sans discuter en profondeur de leur adéquation au contexte, aux implications et aux impacts.

Cette crise est complexe et systémique, elle doit donc être examinée sous plusieurs angles.

Surtout, les facteurs socio-économiques et politiques de la pandémie doivent être mieux compris et traités .

Les gouvernements d’Asie du Sud-Est poussent vigoureusement les efforts pour poursuivre la croissance économique. Ainsi, ils ont indirectement ignoré les efforts alternatifs pour réduire les inégalités dans la société et promouvoir la durabilité des ressources naturelles.

Face à l’impact de la pandémie, l’aide à court terme ne se substitue pas au renforcement de la protection sociale et à l’existence de mécanismes de redistribution qui sont vraiment nécessaires.

Des groupes communautaires à travers l’Asie du Sud-Est tirent parti de leur capital culturel et social pour s’attaquer à un problème sans précédent – COVID-19 a changé leur mode de vie et leurs moyens de subsistance quotidiens.

Ils essaient de cultiver ensemble une culture de résilience dans une situation pleine de limitations. Pourtant, ils reçoivent peu d’attention ou de soutien de la part des agences gouvernementales.

Toutes ces questions nécessitent un débat public ouvert et une prise de décision transparente. En réalité, on voit l’espace civil se rétrécir en raison des mesures de sécurité incessantes et des technologies invasives sous couvert de santé par les autorités.

Politique de la pandémie et droits humains

L’une des caractéristiques marquantes de l’Asie du Sud-Est est que la plupart ont des gouvernements autoritaires ou partiellement démocratiques.

La crise sanitaire a donné à ces régimes l’ opportunité de réprimer davantage la dissidence politique et de consolider leur pouvoir.

La domination des oligarques et des groupes d’élite dans les finances de l’État façonne la direction du gouvernement.

Le gouvernement a tendance à faire des problèmes sanitaires et sociaux un problème de sécurité qui nécessite des mesures de sécurité massives, des armes et une militarisation. Nous voyons cela se produire en Malaisie, en Thaïlande, en Indonésie et aux Philippines.

Ces étapes sont réalisées par diverses méthodes ; y compris la surveillance et la criminalisation des citoyens. En particulier, les groupes minoritaires et les populations vulnérables – des réfugiés et migrants aux communautés religieuses minoritaires – deviennent des boucs émissaires.

L’utilisation de la technologie pour la recherche des contacts crée une incertitude dans la protection des droits individuels et collectifs à la santé.

Cela se produit conformément aux restrictions des libertés civiles telles que la liberté d’expression, la liberté de la presse et la liberté d’information ; nous pouvons voir cela se produire au Cambodge, en Thaïlande et se produire brutalement au Myanmar .

Système de solidarité locale

Face à cette tendance autoritaire, les Asiatiques du Sud-Est s’appuient sur des efforts locaux, secrets ou clandestins pour sauvegarder et soutenir les économies locales et les systèmes de richesse d’auto-assistance.

La crise du COVID-19 a eu un impact dévastateur sur les centaines de milliers de personnes qui vivent de l’économie de la rue.

Une étude portant sur les pauvres des villes de Jakarta a démontré leur capacité à résister à l’inaction du gouvernement et à un risque élevé de survie.

Le principal risque est la menace pour la santé des pauvres de Jakarta en raison du taux extrêmement faible de tests COVID-19 et d’un accès minimal aux équipements de protection.

L’état en évolution rapide de la capitale indonésienne – qui était déjà précaire avant la pandémie – laissait à de nombreuses personnes peu de choix. Beaucoup sont retournés dans leurs villes et villages natals. Certains peuvent être porteurs du virus.

Les pauvres sont également vulnérables aux prêteurs sur gage. Ces usuriers profitent du besoin de liquidités de la communauté, augmentant le montant de la dette souvent très rédhibitoire.

L’inaction du gouvernement et la combinaison de la menace de maladie et d’effondrement économique obligent les citoyens à dépendre en fin de compte d’eux-mêmes et les uns des autres pour leur survie.

Ils développent des réseaux d’entraide et d’autosuffisance pour assurer une protection mutuelle.

Mais à mesure que l’impact des restrictions sociales et des fermetures se poursuit, les opportunités sociales et économiques se réduisent. Les réseaux d’entraide ne suffisent pas à eux seuls.

En Indonésie, comme dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est, une intervention gouvernementale de base est nécessaire de toute urgence pour que les pauvres puissent traverser cette crise.

Les pauvres ont désespérément besoin de tests rapides , d’une nourriture suffisante et durable, de subventions en espèces sans bureaucratie compliquée, d’infrastructures de base, notamment d’approvisionnement en eau potable, et de l’arrêt des expulsions et du paiement de la dette. Sans ces mesures, ils seraient le groupe le plus touché par la pandémie.

L’humanité en temps de crise

Une analyse montre que les problèmes de gestion des pandémies en Asie du Sud-Est sont intrinsèquement institutionnels.

Cette crise a révélé les défaillances structurelles associées aux intérêts particuliers de l’élite et à la négligence de larges couches de la population.

Ainsi, le défi pour la société civile est de découvrir et d’aborder la dimension humanitaire en temps de crise. Cette dimension est un spectre composé d’une aspiration implacable qui détruit l’environnement, d’une avidité aveugle pour le gain économique et d’une politique qui empêche les citoyens de prendre le contrôle de leur destin commun.

Cette perspective soulève des questions sur la façon dont ils peuvent agir ensemble pour lutter contre la pandémie et protéger les besoins communs au profit des générations futures.

Khoo Ying Hooi – Maître de conférences en relations internationales, Université de Malaisie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une