asd

COVID – 19

Comment mesurer le développement des pays au-delà de la croissance économique

A la demande du gouvernement américain, l’économiste Simon Kuznets (prix Nobel d’économie en 1971) a imaginé dans les années 1930 un indicateur qui attribuait une valeur monétaire à la production annuelle d’un pays.

Ainsi, il y a près de 90 ans, Kuznets a conçu un système pour mesurer la production de biens et de services dans les pays, un système qui est devenu la base de la comptabilité économique utilisée par presque tous les États du monde.

Cet indicateur est le PIB (Produit Intérieur Brut) et reflète, en termes monétaires, les biens et services finaux produits sur un territoire pendant une période de temps donnée. Ainsi, le PIB est devenu au siècle dernier un instrument utile pour mesurer la capacité et la santé des économies.

Comment mesure-t-on l’activité économique d’un pays ?

Lorsque la production varie dans une économie, le revenu des membres de cette économie varie également et, à mesure que le revenu varie, la consommation varie également. On peut donc mesurer le PIB à partir de trois approches possibles et équivalentes :

Du point de vue de l’approvisionnement ou de la production

Cette perspective répond à la question de savoir « quels biens et services finaux sont produits dans une économie et qui les produit ». Pour répondre, on ajoute la valeur ajoutée que chaque entreprise ou agent économique apporte au produit ou service final mis sur le marché.

Du point de vue des revenus

Dans ce cas, il répond à « qui reçoit les revenus générés grâce à toute cette production ». Pour calculer le PIB selon cette méthode, on additionne les revenus et les rentes perçus par tous les agents d’une économie sous forme de salaires, de loyers, d’intérêts sur prêts et de surprofits qui sont laissés aux entreprises après avoir payé tous leurs coûts. .

Du point de vue de la demande ou des dépenses

Répondre à la question « qui achète ces biens ou services ». Dans ce cas, la consommation des familles, celle des entreprises, celle faite par le secteur public et la différence entre les exportations (consommation qui se fait hors des frontières du pays de biens produits à l’intérieur du pays) et les importations ( consommation faite à l’intérieur du pays et produite à l’extérieur).

PIB et qualité de vie des personnes

Une raison fondamentale pour laquelle il est important d’étudier la croissance d’un pays est de connaître le niveau de vie des personnes qui y vivent. Lorsqu’il s’agit de comparer la richesse des pays, la variable la plus utilisée est la production, le revenu ou la consommation par personne, ou le PIB par habitant.

Le PIB par habitant est la richesse moyenne par personne dans un pays, bien que les moyennes ne reflètent souvent pas la réalité qu’elles décrivent. Dans le cas du PIB par habitant, si nous mesurons le PIB du point de vue du revenu, plus les valeurs de revenu sont disparates dans une économie, moins le PIB par habitant sera représentatif. En d’autres termes, plus les taux d’inégalité d’une économie sont élevés, moins le PIB par habitant reflète la qualité de vie moyenne des personnes. C’est Kuznets lui-même qui, dès le début (p. 19) , a mis en garde contre l’une des limites du PIB :

« Le bien-être d’une nation peut difficilement être déduit de la mesure de son revenu économique. »

Malgré toutes les critiques adressées au PIB pour ses limites, les pays continuent de l’utiliser comme principal indicateur de bonne performance économique. Les politiciens, les financiers et même les agents sociaux utilisent la croissance/baisse du PIB comme indicateur des effets de leur prise de décision.

L’ économiste Kate Raworth note :

« Il semble que le XXe siècle nous ait légué des économies qui ont besoin de croître, qu’elles nous fassent progresser ou non… ».

Mais jusqu’où va la croissance ? Dans quelle mesure l’augmentation des revenus personnels est-elle une motivation pour produire toujours plus ? Déjà les économistes classiques Adam Smith et David Ricardo avaient l’intuition que toutes les économies atteindraient un état stationnaire qui finirait par conduire à une situation de croissance zéro. Et si ces économistes avaient raison : Où se situe chaque économie sur la courbe de croissance ?

IDH, une autre alternative pour mesurer le bien-être des pays

Depuis 1990, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publie chaque année l’Indice de développement humain . Cet indice a été proposé par l’économiste pakistanais Mahbub ul Haq (1934-1998) et, depuis sa création, est devenu l’indicateur de référence du développement et du bien-être des pays.

Qu’est-ce que l’IDH et que vise-t-il à mesurer ?

L’IDH se définit comme un indice complexe et vise à mesurer le développement d’une société au-delà de sa dimension économique. Pour ce faire, trois facteurs sont pris en compte dans son calcul :

Santé , mesurée par l’espérance de vie à la naissance.

Facilité d’ accès à l’éducation , mesurée par le nombre d’années de scolarisation attendues à la naissance et le nombre moyen d’années de scolarisation à l’âge adulte.

L’économie, mesurée par le PIB par habitant.

Pour mesurer chaque facteur, un indice est composé pour chaque pays, dont la valeur varie entre 0 (si la situation du pays est la pire situation possible) et 1 (si la situation du pays est proche de la mesure optimale). Au final, il y aura trois indices pour chaque pays, chacun mesurant respectivement la santé, l’éducation et le niveau de vie moyen. L’IDH de chaque pays est la racine cubique du produit de ces trois indices. Plus la valeur de cet indice est proche de 1, plus il aura de développement.

L’IDH dans le monde

Le dernier rapport publié par le Programme des Nations Unies pour le Développement (en décembre 2020 ) propose les données pour 2019 de l’IDH de 189 pays. Les pays sont classés en quatre grandes catégories :

66 pays ont un niveau de développement très élevé (avec des valeurs d’indice comprises entre 1 et 0,8.

53 pays ont un niveau de développement élevé (avec des valeurs d’indice comprises entre 0,8 et 0,7.

37 pays ont un niveau de développement moyen (0,70-0,55).

33 pays ont un faible niveau de développement (0,55-0,40).

Selon ce rapport, l’Espagne a un niveau de développement très élevé et se classe au 25e rang des pays avec l’IDH le plus élevé.

L’une des critiques les plus importantes de cet indice a fait référence à l’absence d’inégalité dans sa définition, ce qui a entraîné la publication d’un IDH corrigé des inégalités depuis 2010. L’IDH ne fait pas non plus référence à l’utilisation efficace des ressources environnementales ou énergétiques dans une économie. Enfin, en incluant le PIB par habitant dans son calcul, toutes les limites de cette mesure sont implicites.

Malgré ses limites, l’utilité du PIB en tant qu’indice financier et outil de mesure politique en fait un outil trop attrayant pour être laissé de côté. Par conséquent, il ne semble pas qu’il cessera d’être utilisé dans un avenir proche.

Cependant, il est important d’attirer l’attention sur le fait que le PIB, tel qu’il est conçu, ne peut pas être utilisé comme seul outil de mesure et que d’autres mesures sont nécessaires. Son utilisation doit être accompagnée d’autres mesures telles que l’IDH, l’indice de Gini ou même se plonger dans les produits et services qui composent le PIB de chaque pays et le degré d’efficacité dans l’utilisation des ressources naturelles, environnementales et humaines qui sont utilisées .pour les atteindre, afin d’obtenir une vision plus complète de l’état réel des économies et, surtout, comment cela affecte le bien-être présent et futur de ses citoyens.

Yolande Duran Duran – Professeur associé, Département d’économie appliquée : Statistique UDI, Université autonome de Madrid

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une