asd

COVID – 19

Canada : les artistes noires démêlent les racines de la beauté noire

La célèbre artiste visuelle Mickalene Thomas a pris possession de l’espace de la galerie du cinquième étage du Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) avec son exposition « Femmes Noires ». En collaboration avec la conservatrice Julie Crooks, c’est la première fois que l’artiste de Brooklyn organise une exposition au Canada – et ce n’est que la deuxième fois que l’AGO expose le travail d’une artiste noire.

L’exposition de Thomas est une contemplation puissante et extraordinaire sur les intersections d’être à la fois Noir et femme. Thomas s’inspire de multiples formes d’art, mouvements et histoires, comme l’impressionnisme, et se concentre sur des questions telles que la race, la représentation, la sexualité et la culture des célébrités noires.

En tant que femme noire, c’est la première fois que je marche sur les étages de l’AGO et que je me vois me refléter. Cependant, quelque chose pour les Canadiens comme moi à noter est que la vision de Thomas de la femme noire est d’un point de vue américain.

Par exemple, l’une des raisons pour lesquelles la culture de la beauté noire n’a pas reçu beaucoup d’attention au Canada jusqu’à présent est que la tâche de localiser les voix noires dans l’histoire canadienne a été et demeure un défi difficile. De l’autre côté de la frontière, il existe des collections d’archives dédiées aux Afro-Américains, comme le Schomburg Center for Research in Black Culture à New York, mais nous n’avons rien de tel au Canada.

Les médias diffusent des expériences afro-américaines

Quand j’ai commencé à faire des recherches sur la beauté noire au Canada, la plupart des gens ont été choqués qu’il y ait suffisamment de matériel pour que j’écrive dans un livre. L’hypothèse était que le sujet devrait se concentrer carrément sur les femmes afro-américaines.

Pendant des décennies, les institutions culturelles canadiennes ont consommé les désirs et les fantasmes afro-américains comme substituts du Canada noir. En conséquence, les représentations des Canadiens noirs dans la culture populaire sont devenues invisibles.

Tout au long du XXe siècle, des pratiques culturelles et économiques se sont coproduites à travers la circulation de « l’afro-américanité » à travers les médias. Des émissions de télévision afro-américaines des années 1970 aux films des années 1980 et au-delà, les Canadiens en savent probablement plus sur l’expérience afro-américaine que sur les Canadiens noirs en raison de la culture médiatique.

La culture médiatique du Canada a participé à la création d’identités qui privilégiaient les images, les produits et les idéologies afro-américains. Ces identités ont à l’origine traversé la frontière canado-américaine en tant que désirs et fantasmes représentés dans la publicité et, plus tard, à la télévision et au cinéma, et aujourd’hui, dans l’art.

Les femmes noires canadiennes sont ici

Lorsque la série télévisée ‘da Kink in My Hair de Trey Anthony est apparue de 2007 à 2009 (basée sur la pièce du même nom), il s’agissait de la première série comique créée par et mettant en vedette des femmes noires à la télévision nationale canadienne. La diffusion de ‘da Kink in My Hair s’est produite près de 40 ans après Julia (1968-1971) dans laquelle Diahann Carroll est devenue la première femme afro-américaine à jouer dans une sitcom américaine dans un rôle non stéréotypé. L’écart de représentation entre les femmes afro-américaines et les femmes noires au Canada s’étend sur des décennies.

Pour compenser une partie de cette invisibilité historique, ce mois-ci et tout au long de l’hiver, la série « In the Living Room » de l’AGO mettra en vedette des femmes noires canadiennes s’intéressant à l’art de Thomas et discutant de leurs expériences.

Chaque conférence se déroulera dans le salon de Femme Noires, qui s’inspire de la maison d’enfance de Thomas qui a grandi dans le New Jersey. Les chaises en patchwork et les livres d’auteures afro-américaines deviennent l’installation artistique. Les visiteurs sont appelés à s’engager intimement avec les peintures, les installations et les vidéos sur les murs mais aussi l’espace productif, le salon, qui a donné naissance à l’art de Thomas en premier lieu.

La beauté noire est toujours politique

Bien que je puisse en dire long sur les différences entre les expériences des Noirs canadiens et celles des Afro-Américains, il existe des expériences universelles de beauté noire qui unissent toutes les femmes d’ascendance africaine. Par exemple, l’une de ces expériences est le soin et les discussions autour des cheveux noirs. Certaines de ces conversations publiques blessent de nombreuses femmes noires.

La plateforme en ligne basée à New York, Hello Beautiful , qui cible ses articles sur les femmes noires, a récemment demandé pourquoi les femmes noires devraient avoir à défendre les perruques et les tissages plus que les autres femmes . L’article explore pourquoi les femmes noires sont constamment invitées à défendre le fait d’être des femmes et toutes les choses que nous faisons, comme nos cheveux, pour nous sentir belles.

D’une part, nos cheveux sont liés à de nombreux souvenirs d’enfance douloureux d’avoir été taquinés par d’autres enfants (et parfois des adultes) à propos de nos différentes coiffures tressées. D’un autre côté, les coiffures naturelles comme les afros, les dreadlocks ou les cornrows (rangées de cheveux étroitement tressées) peuvent dénoter la politique d’une femme noire, mais elles peuvent aussi être juste une coiffure ou sa préférence, sans aucune signification politique.

Les femmes noires qui portent des tissages de cheveux ou des perruques peuvent également faire l’objet de moqueries. En 2017, l’ancien animateur de Fox News , Bill O’Reilly, a été contraint de s’excuser auprès de la députée californienne Maxine Waters , qui est afro-américaine, lorsqu’il a fait des commentaires désobligeants sur ses cheveux dans le programme d’information par câble, Fox and Friends . Il a décrit ses cheveux lissés comme une « perruque James Brown ».

Les cheveux noirs sont constamment débattus, politisés et mal représentés dans les médias, l’art et la culture populaire. Une simple décision de le porter naturel ou lissé pourrait entraîner des mesures punitives – pas en Amérique, mais ici même au Canada . C’était le cas d’une serveuse en formation qui a perdu son emploi chez Jack Astor parce qu’elle portait ses cheveux en chignon, et non « en duvet », comme l’exigent les serveurs féminins lorsqu’ils travaillaient au restaurant.

Les histoires de cheveux noirs résonnent également chez les femmes noires canadiennes. Mais la résonance n’est pas la même chose que la représentation.

Pourquoi les femmes artistes noires canadiennes n’ont-elles pas eu la même possibilité d’exposer leur travail en tant qu’artistes solo au Canada? Cette question sur les artistes noirs canadiens et sur la façon dont l’art noir a été représenté et diffusé est devenue importante dans les médias canadiens ces derniers temps.

Dans un article pour Canadian Art , Connor Garel s’est demandé pourquoi aucune femme noire canadienne n’avait jamais eu d’exposition solo majeure à la Art Gallery of Ontario (AGO) .

Cheryl Thompson – Professeur adjoint, Université Ryerson

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une