asd

COVID – 19

Basquiat : un artiste pluridisciplinaire qui dénonce les violences contre les Afro-Américains

Basquiat est né à New York en 1960 d’un père haïtien et d’une mère d’origine portoricaine. A la fin des années 1970, en collaboration avec Al Diaz, il dessine des graffitis énigmatiques sous le pseudonyme SAMO . L’artiste se fait rapidement un nom dans le monde de l’art new-yorkais (se lie d’amitié avec Andy Warhol et Madonna, entre autres). Il réalise ensuite des peintures en solo et atteint une renommée internationale qui ne cesse de croître jusqu’à sa mort en 1988.

A l’heure du mouvement Black Lives Matter, l’oeuvre de Jean-Michel Basquiat est plus que jamais d’actualité. Il met en lumière les inégalités raciales et le manque de représentation des personnes racisées dans les médias, mais aussi les violences subies par les Afro-Américains.

C’est ce que je vous propose d’explorer dans cet article. Doctorante en littérature et arts de la scène et de la scène, mes recherches portent sur les interactions entre le film d’animation et les arts visuels (bande dessinée, peinture) ainsi que sur le dessin animé américain.

Amour/déteste pour le dessin animé

Enfant, Basquiat rêvait de devenir animateur de dessin animé . Lorsqu’il est devenu peintre, la télévision était toujours allumée pendant qu’il travaillait dans son atelier et faisait régulièrement des dessins animés . Ces programmes et films ont été une grande source d’inspiration pour l’artiste, qui a intégré plusieurs références à l’animation et à la bande dessinée dans ses peintures.

L’une de ces œuvres, visible dans l’exposition du Musée des beaux-arts de Montréal, s’intitule Toxic (1984). Le tableau représente un Noir les bras en l’air, avec un collage en arrière-plan qui mentionne plusieurs titres de courts métrages d’animation réalisés entre 1938 et 1948.

Le personnage est en fait un ami de Basquiat, l’artiste Torrick « Toxic » Ablack. Ainsi le titre du tableau fait référence à lui . Cependant, sachant que Basquiat jouait avec les mots et leurs significations , « Toxic » pourrait aussi faire référence à la relation qu’il entretenait avec les films d’animation qui sont évoqués derrière le personnage.

Peut-on dire que les films sont jugés toxiques par Jean-Michel Basquiat, malgré son admiration pour eux ? En fait, je pense qu’il y a une certaine dualité dans cette image : l’artiste aime le dessin animé, mais il le déteste en même temps. La définition du dictionnaire du mot « toxique » peut signifier quelqu’un ou quelque chose qui aime « contrôler et influencer les autres de manière malhonnête ». Le terme implique donc que l’élément toxique (le dessin animé dans ce cas) est dangereux d’une manière qui n’est pas apparente.

La violence des dessins animés

Le dessin animé est souvent associé à l’enfance, au plaisir, à l’excentricité.

C’est un univers où tout est possible : dans Gorilla My Dreams , réalisé par Robert McKimson en 1948, par exemple, le personnage de Bugs Bunny parle, se déguise en bébé et imite un singe. Il paraît innocent. Cependant, le dessin animé peut aussi représenter le pire de l’humanité de manière très sournoise par l’incroyable violence qu’il contient : les personnages se chassent, se poursuivent, se frappent, se coupent, se tuent puis recommencent.

Dans Porky’s Hare Hunt , film réalisé par Ben Hardaway en 1938 et cité dans Toxic , le personnage de Porky est blessé par la dynamite, maltraité alors qu’il est dans son lit d’hôpital et tente de tuer un lapin. Basquiat, qui consommait quotidiennement des dessins animés à la télévision, savait qu’ils étaient le reflet de la société américaine du 20 e  siècle.

Une interprétation que pourrait étayer le titre d’une autre de ses toiles, qui utilise également l’iconographie de l’animation ou de la bande dessinée : Television and Cruelty to Animals (1983). Cette cruauté est également dénoncée et reproduite dans An Opera (1985), qui montre Popeye se faire tabasser avec les mots « violence insensée » au-dessus de la tête, ainsi que dans A Panel of Experts (1982), où l’on voit des hommes à allumettes se frapper les uns les autres. juste à côté d’un énorme revolver.

La violence que Basquiat dénonce est tellement présente dans le dessin animé qu’elle semble, dans une certaine mesure, être devenue banale, à l’instar de la violence vue dans les journaux télévisés (qu’il a probablement regardés pendant qu’il peignait).

Dénoncer les stéréotypes raciaux

Ces dessins animés sont aussi violents car ils perpétuent souvent des stéréotypes raciaux (sans parler des nombreux stéréotypes liés à l’orientation sexuelle, au genre, au sexe, à l’apparence corporelle, etc.).

Le film Patient Porky de Bob Clampett de 1940 , qui est également mentionné dans Toxic , présente une scène dans laquelle un ascenseur parodie grossièrement et monstrueusement un personnage noir. Dans Untitled (All Stars) (1983), Basquiat cite le film de 1920 de Max Fleischer, The Chinaman , qui met en scène un personnage asiatique très caricatural et Koko le Clown se maquillant pour se faire passer pour lui.

En plaçant des éléments faisant référence à l’animation dans ses compositions, Basquiat tente de dénoncer une vision du monde stéréotypée et injuste où les personnes racisées sont dépeintes de manière irréaliste . Basquiat a déclaré que s’il n’avait pas été peintre, il aurait été cinéaste et aurait raconté des histoires où les Noirs étaient dépeints comme des êtres humains, et non négativement .

Ainsi, le titre du tableau Toxic porte plusieurs sens. Il renvoie à la fois au sujet principal (Torrick « Toxic » Ablack), mais aussi à son rapport à la culture populaire et à l’animation, en l’occurrence.

Le personnage Toxic a les bras en l’air et les mains colorées en rouge. Se pourrait-il que cette relation toxique lui ait rendu les mains sales ? Ou, plus précisément, que le personnage – parce que le dessin animé a continuellement dépeint les Noirs de manière péjorative – est maintenant dépeint comme un criminel ? En effet, sa position indique qu’il semble être en état d’arrestation.

Cette hypothèse est fort probable puisque Basquiat a produit plusieurs ouvrages dénonçant les brutalités policières contre les Afro-Américains, dont The Death of Michael Stewart (Defacement) (1983).

Basquiat est décédé prématurément en 1988 à l’âge de 27 ans. D’autres artistes de la communauté noire, comme les peintres montréalais Kezna Dalz, alias Teenadult , Manuel Mathieu , et la cinéaste d’animation Martine Chartrand ont, à leur manière, repris son combat et continuent de lutter pour une plus grande visibilité des Noirs dans les arts.

John Harbour

Doctorante en littérature et arts de la scène et de l’écran (concentration cinéma), Université Laval

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une