asd

COVID – 19

Arabie Saoudite : Un nouvel épisode sur l’affaire Khashoggi

La députée Américaine Ilhan Omar annonce le dépôt d’un projet de loi qui gèlerait les avoirs du prince héritier saoudien et lui imposer une interdiction de visa.

« C’est un test de notre humanité », a-t-elle déclaré dans un communiqué. « Si les États-Unis d’Amérique soutiennent véritablement la liberté d’expression, la démocratie et les droits de l’homme, il n’y a aucune raison de ne pas sanctionner Mohammed ben Salmane — un homme que nos propres services de renseignement ont jugé avoir approuvé le meurtre du résident américain et journaliste saoudien Jamal Khashoggi. »

Le Bureau du directeur du renseignement national des États-Unis a confirmé dans son rapport l’opinion longtemps soupçonnée que ben Salmane était derrière le meurtre de Jamal Khashoggi, le dissident et chroniqueur du Washington Post drogué et démembré en octobre 2018

« Nous évaluons que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a approuvé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi », indique le rapport, qui est basé sur le « contrôle du prince sur la prise de décision dans le royaume, l’implication directe d’un conseiller clé et des membres du détail protecteur [du prince] dans l’opération, et [son] soutien à l’utilisation de mesures violentes pour faire taire les dissidents à l’étranger , y compris Khashoggi. »

La législation imposerait une interdiction de visa contre l’héritier du trône saoudien, sur la base des règles existantes qui interdisent aux auteurs de violations des droits de l’homme d’entrer aux États-Unis. Il permet également au président d’émettre une dérogation à la sécurité nationale pour lever l’interdiction de visa.

Toutefois, le président Biden a décidé que le coût diplomatique de pénaliser directement le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, est trop élevé, selon de hauts responsables de l’administration, malgré les renseignements américains détaillés sur le meurtre de Khashoggi.

L’ancien président américain Donald Trump avais protégé Riyad des retombées du crime, accordant la priorité aux accords lucratifs avec le régime sur les préoccupations en matière de droits de l’homme.

NBSInfos

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une