asd

COVID – 19

Afrique : mieux dépenser pour améliorer la santé en Afrique

Au cours de la dernière année et demie, les conversations sur la nécessité urgente de remédier au sous-investissement chronique dans le secteur de la santé en Afrique ont abondé, alors que les experts et les décideurs politiques ont tiré parti d’une couverture mondiale soutenue de la pandémie de COVID-19 pour démasquer les défis plus profonds auxquels est confrontée la santé du continent. systèmes – et a profité de cette occasion pour appeler à un plus grand investissement dans la santé de la part des gouvernements africains.

Malgré les progrès mondiaux en matière de santé, l’Afrique continue de supporter le plus lourd fardeau des maladies endémiques au monde. Aujourd’hui, le continent représente près des deux tiers de tous les décès maternels dans le monde , plus de la moitié des décès d’enfants de moins de 5 ans enregistrés et près de 70 % des infections par le VIH/sida, sans parler de la forte augmentation des cas et des décès de COVID-19 en tant que la troisième vague déferle sur l’Afrique au milieu d’une pénurie inquiétante de vaccins, d’oxygène médical, de lits d’hôpitaux et d’autres ressources essentielles.

Alors que l’action rapide des gouvernements africains dans les premiers jours de la pandémie semble avoir contribué à éviter le pire en termes d’impact sur la santé, l’économie régionale a été durement touchée. Selon la Banque mondiale , la croissance devrait passer de 2,4 % en 2019 à entre -2,1 % et -5,1 % en 2020, la première récession dans la région de l’Afrique subsaharienne depuis environ 25 ans. Les effets de cette situation devraient se faire sentir au cours des prochaines années. Il est largement admis qu’il faudra beaucoup de temps au continent pour se redresser en raison d’une situation budgétaire de plus en plus délicate et d’un manque de protections sociales pour protéger la population vulnérable, ce qui pourrait enfoncer des millions de personnes dans la pauvreté et inverser les progrès réalisés pour atteindre les objectifs de santé au cours des dernières années. décennie.

Dans ce contexte d’incertitude économique, les pays africains doivent encore trouver des solutions à long terme pour renforcer leurs systèmes de santé afin d’atteindre la couverture sanitaire universelle et protéger leurs populations.

Depuis des années, les acteurs de la santé parlent de l’urgence d’augmenter l’allocation des fonds au secteur. Deux décennies après la Déclaration d’Abuja , qui a vu les chefs d’État africains s’engager à augmenter les dépenses de santé à au moins 15 pour cent des budgets nationaux, moins de cinq pays africains ont réussi à atteindre cet objectif au cours d’une année – et encore moins le seront dans un mesure de le faire dans un proche avenir si les impacts socio-économiques de la pandémie continuent de faire rage.

En l’absence de fin claire de la crise sanitaire mondiale en vue, il est temps d’engager une action multipartite pour renforcer les systèmes de santé et fournir un accès équitable en vue de créer un impact sanitaire de grande envergure, meilleur et plus durable. Le COVID-19 n’est pas la première urgence sanitaire à laquelle nous sommes confrontés, et ce ne sera certainement pas la dernière. Si la pandémie mondiale a appris quelque chose aux pays à revenu faible et intermédiaire, c’est que nous ne pouvons pas nous permettre d’être à la merci des pays plus riches. Le manque de distribution équitable des vaccins en est un douloureux exemple.

L’Afrique doit commencer à assumer la responsabilité de ses propres résultats en matière de santé. Il est impératif que nous nous éloignions de la dépendance excessive à l’aide au développement pour la santé, pour trouver des moyens créatifs et durables de financer les budgets de la santé à partir des ressources locales et par le biais d’investissements publics-privés dirigés par l’État. Nous avons la possibilité de positionner la santé comme une option d’investissement, tout comme nous l’avons fait pour la finance, la technologie et les infrastructures – mais avec les coussins d’État nécessaires pour les pauvres et les vulnérables

Mais l’augmentation du financement et des dépenses de santé suffira-t-elle à elle seule à inverser la tendance ?

L’histoire a montré que lorsque les pays africains s’enrichissent, les dépenses publiques de santé n’augmentent pas automatiquement. Par habitant, on estime que les pays africains dépensent entre 8 et 129 $ par habitant de ressources publiques générales pour la santé, contre une moyenne de 4 000 $ en Europe. Ceci malgré un taux de croissance moyen de 5 % entre 2000 et 2018, période au cours de laquelle les dépenses publiques globales de santé ont en fait diminué dans plus de 20 pays africains.

De plus, allouer plus de fonds aux soins de santé ne garantit pas de meilleurs résultats en matière de santé. En fait, les dépenses de santé supplémentaires, sans les structures et politiques appropriées, ont dans de nombreux pays souffert d’une faible exécution budgétaire et, dans certains cas, ont conduit au pillage des coffres publics, comme en témoigne la corruption généralisée des achats  pendant la pandémie de COVID-19.

Ceci, et de nombreuses autres lacunes dans la conception et la prestation des soins de santé sur le continent, indiquent clairement que même si nous devons augmenter les dépenses de santé, cela n’est pas la solution miracle aux problèmes de santé de l’Afrique. Nous devons nous éloigner de la fixation sur l’augmentation des dépenses pour investir également dans des systèmes et des ressources – humaines et techniques – qui garantiront que les fonds alloués à la santé sont utilisés pour le bien général. Nous devons réévaluer nos priorités et le faire en pensant aux plus vulnérables. Cela nécessite des efforts énergiques pour interroger les besoins de santé de la majorité, identifier et remédier aux inefficacités du système de santé qui entravent la réalisation de la couverture sanitaire universelle et génèrent des résultats positifs en matière de santé.

Bien que nous reconnaissions qu’il existe des lacunes de financement flagrantes dans le domaine de la santé, nous devons également remédier à la mauvaise absorption et au gaspillage des fonds ; réduire les dépenses consacrées aux programmes de santé publique inefficaces et repenser les interventions publiques pour s’assurer qu’elles sont équitables et efficaces. Investir dans des soins de santé primaires centrés sur la personne et accessibles à tous sans discrimination financière – pas seulement dans les établissements de santé – est un bon point de départ.

Dr Githinji Gitahi – Directeur général mondial d’Amref Health Africa

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une