asd

COVID – 19

Afrique du Sud – élections 2024 : 5 partis qui doivent trouver un terrain d’entente

À la suite des élections générales historiques de 2024 en Afrique du Sud , le Congrès national africain (ANC) au pouvoir a lancé un processus visant à établir un gouvernement d’unité nationale . Ceci, après avoir perdu sa majorité parlementaire .

En tant que politologue, je crois que cinq partis politiques, y compris ceux qui obtiennent le plus grand nombre de voix, sont essentiels à la constitution d’un gouvernement d’unité. Ce point de vue s’applique même aux partis, comme les Combattants de la liberté économique, qui ont déjà rejeté l’idée d’un gouvernement d’unité nationale. À mon avis, il faudrait tenter d’intégrer des partis politiques plus petits mais importants.

Ces cinq partis sont l’ ANC , l’ Alliance démocratique , la principale opposition, les Combattants de la liberté économique , le Parti de la liberté Inkatha et l’ Alliance patriotique .

Ces partis sont essentiels à la création d’un gouvernement inclusif et représentatif des électeurs sud-africains.

Le parti uMkhonto we Sizwe de Jacob Zuma , qui détient la troisième plus grande part des voix, a une position anticonstitutionnelle qui l’exclut en tant que bon partenaire potentiel dans un gouvernement d’unité. En fait, au moment de la rédaction de cet article, le parti envisageait d’interrompre la première séance du Parlement, par le biais d’une interdiction judiciaire. La première séance doit avoir lieu dans les 14 jours suivant l’annonce des résultats de l’élection.

Un gouvernement d’unité nationale n’est pas nouveau en Afrique du Sud. Sortant d’un contexte d’apartheid brutal et extrêmement conflictuel, les dirigeants politiques ont cherché à créer une stabilité politique grâce à un gouvernement d’unité après les élections de 1994. Cependant, la constitution d’un gouvernement d’unité nationale de 1994 était une exigence de la constitution provisoire .

Les Sud-Africains ont déclaré, à travers leurs votes, qu’ils ne sont plus satisfaits de l’hégémonie du parti unique dont a bénéficié l’ANC au cours des 30 dernières années. Ils recherchent une coopération pour faire face aux défis majeurs du pays . Il s’agit notamment du chômage , d’une économie stagnante , d’un secteur public dysfonctionnel et de schémas racialisés persistants de pauvreté et d’inégalité .

La question est la suivante : les partis politiques sud-africains sont-ils capables de voir au-delà de leurs lentilles idéologiques vers la perspective du compromis et de la collaboration ?

Je pense qu’il est crucial de comprendre les domaines sur lesquels les partis s’accordent pour évaluer comment ils pourraient se comporter dans un gouvernement d’unité. Ces carrefours sont essentiels pour garantir la stabilité politique et administrative, notamment en créant les conditions propices à la croissance économique et au développement social indispensables.

Une analyse idéologique des programmes électoraux des partis pourrait apporter quelques réponses. Les manifestes fournissent des indices importants sur la vision du monde et les priorités d’un parti.

Congrès National Africain

L’ African National Congress défend une vision forte de la protection sociale, mettant l’accent sur la redistribution des revenus. Ses valeurs clés sont le non-racisme, le constitutionnalisme, la justice sociale et les droits de l’homme. La vision du monde de l’ANC est ancrée dans les principes de liberté, de justice et de solidarité . Cela était évident dans son slogan électoral de 2024 : « Faisons plus, ensemble ».

La clé de la mise en œuvre de ses domaines prioritaires (voir le graphique ci-dessous) sera d’équilibrer l’intervention de l’État avec la dynamique du marché pour poursuivre le développement économique et social, et de maintenir une forte approche welfariste dans la mise en œuvre des politiques.

L’Alliance Démocratique

Le manifeste de l’Alliance démocratique met l’accent sur le libéralisme économique . Il défend la création de conditions propices à la prospérité du secteur privé. Cela inclut par exemple l’ouverture du marché de l’énergie (y compris l’électricité) à la concurrence.

Un domaine dans lequel l’ANC et l’Alliance démocratique (DA) pourraient converger est la création d’un filet de sécurité sociale. Cependant, le manifeste du DA évoque un État-providence plus libéral . Ici, les individus sont considérés comme des acteurs individuels du marché. Le rôle de l’État est de créer les conditions propices à leur réussite. Le parti propose de « réviser les réglementations restrictives » dans la loi sur les relations de travail qui, selon lui, dissuadent les entreprises d’embaucher du personnel. Les deux parties devraient se mettre d’accord sur le montant exact de la protection sociale.

L’individualisme et la centralité du marché économique sont fondamentaux dans la vision du monde du parti. Il est donc rationnel de supposer que le parti n’abandonnerait pas ces principes lors des négociations sur son implication dans le gouvernement d’unité nationale.

Les combattants de la liberté économique

Les Combattants de la liberté économique se situent idéologiquement à l’extrême gauche, avec un programme politique socialiste et révolutionnaire fort que l’on retrouve dans leurs Sept principes cardinaux pour les élections de 2024.

Avec 9,52% des voix, le parti représente un électorat important, notamment parmi les jeunes électeurs.

Le parti met l’accent sur une forte intervention de l’État dans l’économie. Il prône la nationalisation des terres et des banques, ce qui contredit directement la vision du monde de l’Alliance démocratique.

L’ampleur de l’intervention et du contrôle de l’État peut apparaître comme un point de conflit avec l’ANC. Le parti et l’ANC devront se mettre d’accord sur le degré exact d’implication de l’État dans la vie économique qui est nécessaire à la transformation et à la justice sociale. Au moment de la rédaction de cet article, les Combattants de la liberté économique exprimaient toujours leur préférence pour un gouvernement de coalition (plus étroit) avec l’ANC, plutôt que pour un gouvernement d’unité plus large impliquant l’Alliance démocratique .

Le Parti de la Liberté Inkatha

Le plan manifeste en treize points du Parti de la liberté Inkatha pourrait présenter un compromis idéologique. Le parti partage avec l’ANC et l’Alliance démocratique un engagement en faveur du constitutionnalisme. Son engagement en faveur d’une certaine intervention de l’État ainsi que d’une diversification économique pourrait faciliter un terrain d’entente avec l’ANC.

Comme l’Alliance démocratique, Inkatha défend l’individualisme et l’action personnelle. Il souhaite un audit de toutes les terres pour déterminer la propriété foncière, ce qui pourrait également trouver un écho auprès des combattants de la liberté économique. D’un point de vue politique, Inkatha pourrait potentiellement agir comme une force unificatrice.

L’Alliance Patriotique

L’Alliance patriotique constitue un ajout intéressant au gouvernement d’unité nationale. Un rapide coup d’œil à sa stratégie de redressement pour 2024 révèle une vision du monde très conservatrice et nationaliste.

Le parti se situe à l’extrême droite d’un éventuel gouvernement d’union. En mettant l’accent sur le retour à la religion, la réduction de l’immigration, le rétablissement de la peine de mort et l’élévation du leadership traditionnel, il trouve un écho auprès des éléments les plus conservateurs de la société.

On peut supposer que l’Alliance patriotique serait plus ouverte aux politiques économiques conservatrices. Dans ce qu’il appelle la « valorisation » , le parti prône l’exploitation des ressources naturelles pour le bénéfice économique et la croissance – sans aucun égard pour le changement climatique et l’environnement.

En route vers un gouvernement d’unité

Le gouvernement d’unité nationale proposé est sur le point de se heurter à divers domaines de discorde. Les politiques de l’ANC, telles que l’autonomisation économique des Noirs, seront probablement un sujet de débat entre lui et l’Alliance démocratique, dans la mesure où elles équilibrent la transformation et le renforcement des capacités de l’État.

L’Alliance démocratique s’engage en faveur d’une forme de méritocratie, comme le montre son manifeste.

La nationalisation des banques et des terres deviendra un sujet de contestation clé pour les combattants de la liberté économique et les autres partenaires politiques potentiels. De graves répercussions économiques pourraient survenir s’ils ne parviennent pas à trouver un terrain d’entente.

Nous avons vu les combattants de la liberté économique utiliser leur force politique dans les coalitions gouvernementales locales pour des raisons d’opportunisme ou de prise de position.

L’Alliance patriotique est ici un joker. Ses revendications économiques et politiques en faveur d’un gouvernement d’unité restent floues et sa position sur le territoire n’est pas connue.

Les partis politiques doivent faire preuve de flexibilité idéologique pour favoriser la stabilité et conduire l’Afrique du Sud vers la prospérité grâce à des solutions politiques créatives. La maturité, le compromis et l’agilité idéologique sont cruciaux pour parvenir à un gouvernement d’unité nationale et reconstruire la nation.

Joleen Steyn Kotze

Spécialiste de recherche en chef sur la démocratie et la citoyenneté au Conseil de recherche en sciences humaines et chercheur au Centre d’études africaines, Université de l’État libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Similaires

- Advertisement -

A La Une